AVERIS by BALDUCCI Sandalo Art 111617/623/613/611, Sandales pour garçon panna jeans 37 EU

B01N6UBC9J

AVERIS by BALDUCCI Sandalo Art 111617/623/613/611, Sandales pour garçon panna jeans 37 EU

AVERIS by BALDUCCI  Sandalo Art 111617/623/613/611, Sandales pour garçon panna jeans 37 EU
  • Dessus: Autres Cuir
  • Doublure: Cuir
  • Matériau de semelle: Caoutchouc
  • Type de talons: Plat
  • Fermeture: Scratch
AVERIS by BALDUCCI  Sandalo Art 111617/623/613/611, Sandales pour garçon panna jeans 37 EU

Ce mois-ci, l’ancien gouverneur très contesté de Jakarta en Indonésie, Basuki «Ahok» Tjahaja Purnama, a été condamné à deux années de prison ferme pour blasphème contre l’Islam. Il avait contesté la manière dont des docteurs de la foi musulmane interprétaient un verset du Coran qui traite de la question du vote des musulmans en faveur de dirigeants non-musulmans.  Le juge a considéré qu’Ahok n’avait pas exprimé assez de remords après avoir commis son acte impie.

Ce verdict a choqué de nombreux Indonésiens libéraux, mais sans doute plus qu’il n’aurait dû. Car les accusations de blasphème Ultra Boost ST Chaussures de Course Bleu/Blanc blue
au cours de la dernière décennie en Indonésie, et le taux de condamnation des accusés est quasiment de 100%.

Ailleurs, dans le monde musulman, les accusations et les procès sont montés en flèche ces dernières années. Le délit de blasphème a connu une renaissance fulgurante en Égypte depuis le renvoi du président Hosni Moubarak en 2011. En 2001, il n’y avait eu en tout et pour tout qu’un seul procès pour blasphème au Pakistan, mais on en compte désormais des dizaines par an . Au Bengladesh, au cours des cinq années écoulées, on ne compte plus le nombre d’agression et même de meurtres de blogueurs ou d’écrivains, sans parler d’une manifestation de masse qui s’était terminée par un bain de sang en 2013 et qui réclamait que le blasphème soit puni de mort.

CONSOMMATION  La start-up nantaise, qui vient de fêter son premier anniversaire, compte déjà dix salariés et 30.000 utilisateurs...

Julie Urbach

Publié le 08/06/17 à 11h47 — Mis à jour le 09/06/17 à 10h19

0  COMMENTAIRE   120 PARTAGES 

Illusstration de la plateforme teester —  J. Urbach/ 20 Minutes

Le smartphone sur lequel vous lorgnez depuis des semaines fait-il réellement de bonnes photos ? Et ce nouveau sèche-cheveux, va-t-il tenir la promesse de vous offrir une chevelure de rêve ? Difficile de le savoir avant de sortir le produit de son emballage, une fois acheté… C’est pour éviter certaines déceptions (mais surtout déclencher des ventes) que  Reebok , Chaussures de course pour homme Azul Blue Sport / Coll Royal / Yellow Spark / White
 a été créé à Nantes, il y a un an tout pile.

Avec déjà 30.000 utilisateurs, la « première plateforme de test produit en vidéo » rencontre un joli succès. Elle vient d’ailleurs de réaliser  une levée de fonds  de 700.000 euros pour développer ses activités et faire grossir son équipe.

Un avis authentique et objectif

Sur son site Internet et appli, déjà plusieurs centaines de petites vidéos ont été postées. En mode tuto, des internautes se filment chez eux, dans leur jardin, ou carrément dans la rue, en utilisant dans des conditions réelles leur nouvel ordinateur portable, console de jeux, aspirateur, et même fond de teint ou décapsuleur automatique !

« Il n’y a que les consommateurs qui peuvent livrer un avis totalement authentique et objectif, assure Julien Chevallier, le fondateur de Teester, ancien de CDiscount. C’est ce que recherchent les gens aujourd’hui : ils veulent des conseils mais pas forcément ceux d’un vendeur en magasin. »

De grosses marques déjà clientes

Et les entreprises semblent l’avoir bien compris. Si l’on peut proposer une vidéo sur n’importe quel objet du quotidien (et gagner des bons d’achat pour celles les plus likées), certaines grosses marques font déjà partie des clients de Teester. Afin de faire parler d’elles,  Tamaris 25421, Bottes Chelsea courtes, doublure froide femme Noir black 001
, Babyliss, Asus et bientôt Leroy Merlin proposent à certains utilisateurs des produits à titre gracieux. Avec un test en vidéo comme monnaie d’échange.

« Ce n’est pas de la pub, prévient Julien Chevallier. Les gens ne sont pas dupes et les vidéos trop positives ne marchent pas. Notre équipe et la marque visionnent avant les vidéos pour éviter le bad buzz, et garantir leur qualité. Mais s’il y a des aspects négatifs, c’est important pour les clients de le savoir, mais aussi pour la marque afin qu’elle revoie sa marchandise. »

Selon l’équipe de Teester, qui compte déjà dix salariés, 96 % des clients trouvent la vidéo utile pour prendre une décision d’achat. Et les marques clientes enregistreraient 57 % de ventes additionnelles en moyenne grâce à ce procédé.

En 2014, Apple avait suscité quelques inquiétudes au moment de dévoiler  HealthKit, son inquiétante base de données médicales . La firme proposait alors de stocker au sein de l’application toutes les données issues des capteurs de santé de l’utilisateur. Des informations auxquels les professionnels de santé partenaires pouvaient avoir accès, comme l’avait glissé Apple lors de sa présentation.

L’idée semble loin d’être enterrée par l’entreprise qui travaillerait en secret sur un projet de centralisation des informations médicales sur les iPhone. Cet  iTunes de la santé  ferait même l’objet des travaux d’une équipe dédiée, qui a déjà eu des échanges avec  des développeurs, des hôpitaux et des groupes industriels , rapporte  Converse Customized Chaussures Personnalisé et imprimés UNISEX produit artisanal Colosseo Tricolore size EU38
.

ARBO / RUBRIQUE

PARTENAIRES
TOILE - JUSTICE
TYPES